Techniques spécifiques :

Toiture végétalisée

Le principe de la toiture végétalisée, aussi appelée "toiture végétale" ou "toit vert" consiste à recouvrir le toit d’un bâtiment avec un substrat végétal.



Une toiture végétalisée peut accueillir différentes sortes de végétaux (sédums, plantes herbacées, plantes grasses, arbustes…).



Les différents types de toitures végétalisées
 

Selon le type de plante et l’épaisseur du substrat, on distingue trois types de toiture végétalisée :

Végétalisation extensive : c’est la configuration la plus courante car la plus facile à mettre en œuvre et la moins coûteuse. Les plantes utilisées nécessitent une faible épaisseur de substrat. Ce sont des espèces peu exigeantes en eau, avec de faibles besoins nutritifs et qui ne requièrent pas d’entretien (taille, arrosage…). L’aspect s’apparente à un tapis végétal permanent.

Végétalisation semi-extensive : elle permet, d’accueillir des plantes plus élaborées et décoratives. Les contraintes de pentes, de solidité de la charpente (épaisseur de substrat plus importante) et d’entretien (taille, arrosage automatique…) sont plus importantes.

Végétalisation intensive : plus adaptée aux bâtiments collectifs, il s’agit de véritables jardins sur les toits. Les contraintes pour réaliser ce type de toitures sont importantes.

Composition d'une toiture végétalisée
 

Une toiture végétalisée est composée de cinq éléments. En partant du support de toit, on retrouve :

  • Une structure portante (en béton, en acier ou en bois),
  • Une couche d'étanchéité (barrière anti-racines, membranes étanches),
  • Une couche de drainage et de filtration,
  • Un substrat de croissance (la terre naturelle devenant trop lourde quand elle se gorge d'eau, on utilise un substrat : billes d'argile ou d’ardoise expansée, particules de lave, pierre ponce…),
  • Une couche végétale.

Principaux avantages d’une toiture végétalisée :


• Stabilité, étanchéité et durée de vie supérieure à celle d’une toiture classique (protection de la toiture contre les ultraviolets, les chocs thermique et les aléas climatiques),
• Inertie thermique permettant des économies d’énergie (rafraichissement du bâtiment en été, limitation des déperditions de chaleur en hiver),
• Isolation phonique (la terre végétalisée est un excellent isolant acoustique, elle absorbe les ondes sonores),
Amélioration de la qualité de l’air par absorption des polluants urbains.

• Surcoût de construction et coûts d’entretien limités dans le cas d’une végétalisation extensive

Principaux inconvénients d’une toiture végétalisée : 


Surcoût important dans le cas d’une végétalisation semi-extensive ou intensive,
Nécessite une structure du toit suffisamment forte, une étanchéité parfaite, une pente comprise entre 3 et 35%
Coûts de réparation doublés en cas de fuite.

 

 

Consultez les artisans de cette spécialité